Présentation

Nous vous souhaitons la bienvenue sur notre site et nous serons ravis de pouvoir vous accompagner durant votre séjour parmi nous.

Jeûne en Soi est un centre qui vous accueille pendant une semaine pour prendre soin de vous. Le centre organise des stages d’une semaine une fois par mois (de mars à octobre).

Jeûner est un voyage au centre de vous-même, avec vous-même et pour vous-même, une aventure spéciale et extraordinaire.

Si vous avez besoin de vous (re)trouver, de faire une pause, de vous ressourcer, de vous reposer ou tout simplement de vous faire plaisir, ce stage est fait pour vous !

Jeûner n’est évidemment pas seulement arrêter de manger mais bien aussi une expérience beaucoup plus complète.

Il s’agit d’un nettoyage élémentaire qui permet d’accroître la qualité de la santé par désintoxication de l’organisme. Le rôle du jeûne est essentiellement de désencombrer l’organisme du surcroît des toxines qui y résident ordinairement en (ré)activant nos différents émonctoires.

INFORMATION IMPORTANTE :

Le Centre “Jeûne En-Soi n’est pas un centre médical mais un espace de bien-être.

Nos séjours s’adressent aux personnes de plus de 18 ans et étant en bonne santé.

Les contre-indications au jeûne sont les suivantes : traitements médicamenteux lourds, troubles psychiques et troubles du comportement alimentaire, maigreur excessive, force vitale insuffisante, maladie cardio-vasculaire, diabète, ulcère de l’estomac ou du duodènum, décollement de la rétine, grossesse, allaitement (dans certains cas).

Toute participation au stage est sous votre propre responsabilité et vous devez confirmer être en bonne santé lors de votre inscription.

Les personnes qui le souhaitent peuvent contacter un médecin généraliste spécialisé en nutrition. Contactez-nous afin que l’on vous donne les coordonnées du médecin le plus proche de chez vous.

Docteur Michel Claude : consulte à l’Avenue Guillaume Crock, 16 à 1160 Auderghem – Tèl: 0032/475.51.42.63
Docteur Devred Carineconsulte à 2 endroits:
– Rue Konkel 105 1150 Woluwé-Saint-Pierre – Tél: 02 762 04 58
– Avenue de la Chapelle 256, 1950 Kraainem – Tél: 02 725 84 59.

Le Jeûne 

Dans nos sociétés actuelles, notre alimentation est devenue trop abondante, trop riche et souvent de faible valeur nutritive et nous commettons régulièrement de mauvaises associations alimentaires.

Une alimentation hétérogène et trop riche en graisses favorise l’obésité, laquelle augmente considérablement le risque de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, de diabète, et de divers cancers. Ces quatre pathologies sont responsables de plus de la moitié de l’ensemble des décès dans les pays riches.

« L’homme s’abandonne à la gourmandise quand son âme ne songe qu’à satisfaire le corps… ! »

La pollution, l’agro-alimentaire, les pesticides, les colorants, les produits chimiques, le stress, créent des toxines dans notre organisme. Le jeûne est un moyen de les éliminer.

Le jeûne est sans doute l’une des plus anciennes approches d’autoguérison.

Cette technique est l’une des plus anciennes approches d’éliminations des toxines et de régénérations de nos cellules.

Qu’est-ce que le jeûne hydrique ?
Le jeûne hydrique consiste à s’abstenir de tout aliment (solide et liquide), à l’exception de l’eau, pendant une période plus ou moins longue dans le but de reposer, détoxiquer et régénérer l’organisme. Le jeûne contribue au maintien d’une bonne santé, au même titre qu’une saine alimentation, d’exercices physiques et de l’équilibre émotionnel.
Comment fonctionne le jeûne  : L’intestin se nettoie

Au début du jeûne, lorsque aucune nourriture n’est absorbée, l’intestin se nettoie complètement. Certains adeptes préconisent pour cela tout type d’accélérateur pour vider ses intestins comme des lavements, des purges, des douches rectales voir des irrigations du colon etc. Selon nous, il est tout aussi bien de laisser faire le temps. De plus, avec une bonne préparation par paliers alimentaires, nos intestins seront déjà bien désengorgés et vidés. N’oublions pas que nos intestins se seront jamais totalement vides, il est donc peut-être inutile de vouloir s’acharner à tout prix et surtout d’utiliser voire de gaspiller de l’énergie vitale qui sera tellement plus indispensable pour la détoxination.

Une fois l’intestin vide, l’organisme passe du mode d’alimentation extérieure au mode d’alimentation intérieure. C’est en mode intérieur que l’on va puiser dans ses réserves. L’organisme est contraint de puiser sur lui-même ses sources d’énergie.

Comment fonctionne le jeûne  : L’organisme puise sur ses sources d’énergie

En période de jeûne, l’organisme utilise d’abord:

• Les glucides: L’organisme utilise alors le glycogène du foie, le décompose et libère le glucose dans la circulation.  La concentration en sucre doit rester suffisante car le cerveau ne peut utiliser que le glucose pour son métabolisme. Pour pallier éventuellement au glucose manquant, le corps fabrique un substitut dans le foie, grâce aux protéines et aux lipides : les corps cétoniques, appelés aussi le carburant du jeûne.

• Ensuite, le corps utilise les lipides qui circulent sous forme d’acides gras libres, ils constituent 77 % du contenu total en énergie (en kilocalories), ce qui constitue environ 2 mois d’énergie en stock. C’est le principal réservoir d’énergie, et la principale source d’énergie durant le jeûne.

• Et finalement, l’organisme va utiliser les protéines  qui circulent sous forme d’acides aminés, ils constituent 22 % de l’énergie totale du corps (en kilocalories). Source de glucose pour le cerveau pendant le jeûne, ils sont utilisés en dernier recours, une fois les autres stocks d’énergie épuisés. Ces stocks sont inutilisables en totalité car des anomalies mortelles apparaissent avant l’épuisement du stock

Il est important de remarquer que les cellules qui composent le système nerveux, le cerveau, la moelle épinière et les nerfs, ne subissent pas de perte importante en cours de jeûne contrairement aux croyances véhiculées. Tout se passe comme si l’organisme protégeait ces tissus.

Le corps apprend alors à vivre de ses réserves. Il retrouve donc un nouvel équilibre.

Comment fonctionne le jeûne  : Dangereux ?

D’après les études et les recherches scientifiques, nous pouvons actuellement certifier qu’il est moins dangereux de jeûner que d’être suralimenté.

« Des chercheurs de l’université de Harvard ont montré que la sur-alimentation était responsable d’au moins autant de cas de maladies de par le monde que la sous-alimentation, et que plus de la moitié du fardeau mondial des maladies résultait d’une mauvaise alimentation (par manque, par excès ou par déséquilibre) ».

Lorsqu’un un jeûne est mené de manière encadré, expliqué, préparé, il sera vécu sans incident majeur.
Ce qui est dangereux serait de croire que le jeûne est une solution miracle , une technique capable de « tout guérir »… !
Le jeûne à ses limites dans son rôle de nettoyeur. Utilisé avec prudence et modération, en fonction des capacités, renouvelé périodiquement, le jeûne restera une clé naturelle pour conserver un bon état de santé.

« L’avis des biologistes qui étudient les pingouins, à la clinique de l’Unité nutrition des HUG, précisent que le jeûne n’est pas dangereux. Mais qu’au contraire, c’est un événement auquel les animaux ont dû s’adapter avec le temps. Ils affirment également que dans l’évolution de l’être humain, la survie dans la nature a toujours rimé avec de périodes de jeûne plus ou moins prolongées, et que si notre espèce a pu survivre dans le temps, c’est parce qu’elle a pu développer des mécanismes adaptatifs pour les périodes sans nourriture. »

La crise d’acidose

A cause de ce changement de mode d’alimentation, le taux d’acidité dans le sang augmente. Le corps doit apprendre à vivre de ses réserves, l’organisme doit s’habituer.

Le plus difficile pourrait-être ce qu’on appelle la crise d’acidose, aussi appelée l’effet rebond. Cette crise annonce le début de l’élimination, de la désintoxication.

Elle peut intervenir le 3ème jour du jeûne et peut durer de 24 à 48h. Cette crise peut se traduire par une sensation de faiblesse, des nausées ou des migraines.

Le psychisme demande à manger, mais la sensation de faim disparaît environ après 3 jours de jeûne. C’est la faim psychique (et pas celle de l’estomac) qui est difficile au début.

Pendant la crise les maladies peuvent s’aggraver, d’où l’importance d’être suivi si vous êtes malade.

Nous avons des remèdes naturels pour vous aider à passer ces moments plus délicats si vous les rencontrez.

Une fois la crise d’acidose passée, c’est une sensation de bien-être qui vous envahira.

Nous tenons aussi à vous rassurer encore une fois qu’avec une bonne préparation par paliers alimentaires, dont nous vous en informerons lors de votre inscription, on limite considérablement, voir souvent évite tous ces éventuels désagréments. Tout le monde ne connaît donc pas les crises d’acidose !

Les contre-indications au jeûne

Les maladies affectant les organes d’élimination très sollicités par le jeûne, comme le foie et les reins, les maladies y afférentes seront donc contre-indiquée au jeûne. Tout comme le diabète insulino-dépendant, la tuberculose, la faiblesse et l’arythmie cardiaques, l’anorexie, la boulimie, la grossesse, l’allaitement etc. Il existe aussi des contre-indications relatives à un poids très faible, une tension artérielle basse etc.

Mieux vaut consulter un spécialiste avant d’entreprendre un jeûne et prévoir une supervision médicale en cas de jeûne prolongé (plus d’une semaine)

Et souvenez-vous que chacun est unique :
ce qui fonctionne pour les autres ne marchera pas forcément pour vous et inversement !